Etiquetes

window box_light

A propòsit de Boris Vian, escriptor, dramaturg, trompetista, crític de jazz, entre moltes coses, va compondre “Le déserteur”, una cançó pacifista escrita al final de la guerra d’Indoxina (1954). Commovedor.

Me la fa conèixer l’amiga lectora a qui tant li agrada Vian.

Monsieur le Président je vous fais une lettre
Que vous lirez peut-être
Si vous avez le temps
Je viens de recevoir
Mes papiers militaires
Pour partir à la guerre
Avant mercredi soir

Monsieur le Président
je ne veux pas la faire
je ne suis pas sur terre
Pour tuer des pauvres gens
C’est pas pour vous fâcher
Il faut que je vous dise
Ma décision est prise
je m’en vais déserter

Depuis que je suis né
J’ai vu mourir mon père
J’ai vu partir mes frères
Et pleurer mes enfants
Ma mère a tant souffert
Qu’elle est dedans sa tombe
Et se moque des bombes
Et se moque des vers
Quand j’étais prisonnier
On m’a volé ma femme
On m’a volé mon âme
Et tout mon cher passé
Demain de bon matin
Je fermerai ma porte
Au nez des années mortes
J’irai sur les chemins

Je mendierai ma vie
Sur les routes de France
De Bretagne en Provence
Et je dirai aux gens
Refusez d’obéir
Refusez de la faire
N’allez pas à la guerre
Refusez de partir
S’il faut donner son sang
Allez donner le vôtre
Vous êtes bon apôtre
Monsieur le Président

Si vous me poursuivez
Prévenez vos gendarmes
Que je possède une arme
Et que je sais tirer

La versió original de la lletra va ser prohibida. El darrer vers va ser modificat per:

Si vous me poursuivez
Prévenez vos gendarmes
Que je n’aurai pas d’arme
Et qu’ils pourront tirer.

Amb gran èxit en la dècada de 1960, la van interpretar Peter, Paul and Mary. Malauradament Vian ja era mort.

Boris Vian ♣ (1920 – 1959)

Advertisements